Injection plastique : Définition

par / / Injection plastique, Sous-traitance plastique

usine-Injection-plastique-asytecGénéralités

L’injection plastique est un procédé de mise en œuvre des thermoplastiques. Il consiste à ramollir la matière plastique pour l’amener en phase plastique, à l’injecter dans un moule pour le mettre en forme et à la refroidir.

Caractéristiques :

  • Réalisation d’objets de formes complexes de quelques grammes à 50 kg d’une densité de 0.9 à 1.1
  • Outillage très précis donc très cher.
  • Utilisation pour des pièces fabriquées en grande série (>10000 pièces).
  • Pression d’injection peut atteindre 2000 bars
  • Grande cadence de fabrication (8 secondes pour des pièces d’épaisseur < 3mm)
  • Température de 150° à 300°
  • Le coût au kilo du plastique de grande diffusion est 1.5€ à 3€.

La presse à injecter

Phase de plastification :
La vis tourne pour faire fondre et homogénéiser les granulés qui viennent de la trémie. Elle achemine la matière plastique faire l’avant de la vis par intermédiaire du clapet pour la stocker. A fur et à mesure que l’on stocke la matière, la vis recule.

Phase d’injection :
La vis avance, le clapet se plaque sur son siège. La matière ne peut plus refluer vers l’arrière. La matière est injectée dans le moule.

Le moule :

  • donner la forme
  • refroidir la pièce

Formes d’une pièce injectée

RETRAIT

La pièce moulée est plus petite que l’empreinte du moule.

DÉPOUILLES

La dépouille peut être indispensable pour permettre le démoulage de la pièce: L’angle de dépouille est de l’ordre de 1 degré.

CONTRE DÉPOUILLE

Si la souplesse de la matière ne permet pas le démoulage, il faut que le moule comporte des parties mobiles pour permettre le démoulage, ce qui augmente le coût et le risque d’apparition de traces aux plans de jonction de ces parties mobiles.

ÉPAISSEURS

Les épaisseurs les plus courantes sont de 0, 7 à 3 mm

Les fortes épaisseurs entraînent :

  • Un prix de matière élevé,
  • Une augmentation des durées de cycle,
  • Un retrait important avec risques de retassures, porosités, soufflures

Les trop faibles épaisseurs provoquent :

  • Une solidification trop rapide,
  • Des risques de fragilité.

Les variations d’épaisseurs sont à éviter.

Les nervures permettent de palier aux trop fortes épaisseurs. elles doivent être de plus faible épaisseur que la paroi à renforcer : par ex. 0,3 à 0,6 fois l’épaisseur de cette paroi.

CONGÉS

Des rayons de 0,3 à 0,5 .mm à la place des angles vifs

SYMÉTRIE DES PIÈCES

Pour éviter gauchissements et distorsions.

LOCALISATION DES TRACES DE MOULAGE

les traces de lignes de soudure, seuils d’alimentation, éjecteurs, soient localisées dans des endroits peu visibles pour ne pas nuire à l’aspect de la pièce.

INSERTS

Les inserts peuvent être incorporés directement au moulage ou posés ultérieurement dans des logements prévus. La pose au moulage est, en général, évitée à cause des différences de coefficient de dilatation métal/plastique.

TOLÉRANCES

Elle dépend de la précision du moule et peu aller jusqu’à 0.05mm

Les opérations de reprise

L’assemblage et le montage

  • Par soudure : avec ou sans apport de matière
  • Par collage (réservé à certaines matières plastiques )
  • Par rivetage
  • Par vissage (ajout d’inserts en plastique )
  • Par clipsage

La décoration

  • la peinture
  • La métallisation
  • L’impression

L’usinage

L’emballage et le conditionnement

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

  • Pin It
HAUT